Avez-vous lu ? Delacroix E. et Gorge H. (2017), Marketing et pauvreté. Être pauvre dans la société de consommation ?

Marketing et pauvreté. Être pauvre dans la société de consommation

Eva DELACROIXHélène GORGE

Editions EMS, collection Societing

 

Consommation et pauvreté. Deux mots a priori antinomiques mais qui ne cessent d’être liés au gré des représentations, des discours et même des préjugés à propos des personnes pauvres. Deux mots de plus en plus liés aussi dans le champ du marketing qui se saisit progressivement des problèmes de consommation de ces individus, non sans quelques difficultés.

Marketing et pauvreté.jpg

Cet ouvrage collectif se propose de faire de la consommation un véritable objet d’étude dans le champ de la pauvreté – et réciproquement. L’ouvrage est structuré en trois parties. La première est consacrée aux ancrages théoriques des travaux sur la pauvreté, la consommation et le marché. La deuxième partie, en se basant sur de nombreuses données empiriques, relate la difficulté des expériences de consommation des personnes pauvres au quotidien et explore les mécanismes de gestion qui en découlent. La dernière partie porte sur les leviers d’action pouvant être mis en place afin de construire un marketing plus inclusif.

Les chapitres explorent tour à tour les difficultés éthiques que peuvent rencontrer les chercheurs en marketing se saisissant des thématiques de pauvreté. Comme le rappelle Luca M. Visconti dans la préface, les auteurs de cet ouvrage soulignent la nécessité d’un regard pluridisciplinaire adoptant des approches sociologiques et culturelles pour dépasser l’écueil d’une définition purement économique de la pauvreté, invitant à s’intéresser aussi bien aux vécus des consommateurs pauvres qu’aux déterminants de leurs conditions de vie. Les différentes pistes de réflexion qui sont explorées ont pour objectif de sensibiliser les praticiens, étudiants et chercheurs à la question de la pauvreté, et d’encourager des recherches et actions dialogiques dans le futur.

Coordonné par Eva Delacroix et Hélène Gorge, préfacé par Luca M. Visconti, avec les contributions de : Florence Benoit-Moreau, Laurent Bertrandias, Bérangère Brial, Marie Degrand-Guillaud, Asmae Diani, Laurence Fontaine, Valérie Guillard, Maud Herbert, Alexandre Lapeyre, Amélie Notais, Nil Özçaglar-Toulouse, Béatrice Parguel, Eric Rémy, Evelyne Rousselet, Dominique Roux et Julie Tixier.

Voir le sommaire

************************

Workshop Marketing et pauvreté - Paris - 18 décembre 2017

Le Lundi, 18 décembre, 2017 - 14:00

Université Paris Dauphine - Salle A709

 

L’Equipe de Recherche en Marketing et Stratégie (DRM-ERMES), en association avec Lille School Management Research Center (MERCUR- LSMRC), organise un workshop : Marketing et Pauvreté

 Être pauvre dans la société de consommation

le 18 décembre 2017 de 14h à 17h

Université Paris-Dauphine – Salle A709

 

Programme: Workshop | DRM - UMR CNRS 7088 - Université Paris-Dauphine

In press - Odou, Roberts, and Roux (2017), Co-producing cyber protest: mesomobilization in the digital age

Consumption, Markets and Culture

 

Cet article examine ce qu'est la mésomobilisation dans la résistance collective en ligne et la manière dont elle soutient les mouvements de protestation sur le web. Nous nous concentrons sur un cas particulier ayant visé une campagne gouvernementale contre le téléchargement illégal (dite campagne HADOPI) et montrons comment les webzines, en tant que méso-acteurs, ont réussi à transformer les commentaires de leurs lecteurs en appels à l'action invoquant la légitimité culturelle, la liberté et la moralité de l'Internet. Notre étude montre d'abord que les internautes ont lancé les premiers éléments de diagnostic, fournissant ainsi aux webzines des motifs de mobilisation à exploiter. Empruntant la forme de la parodie, ceux-ci ont été ensuite consolidés par les webzines en leur fournissant une série de griefs contre la campagne HADOPI. Notre travail révèle l'existence de réseaux dormants - c'est à dire de groupes culturels fluides, préexistants à l'action et partageant des intérêts communs - que les acteurs de niveau méso - les webzines - peuvent mobiliser lorsqu'une crise survient. Notre étude enrichit la compréhension de la résistance en ligne en mettant en évidence la dynamique des réseaux dormants dans l'organisation de mouvements de protestation à fort contenu politique.

 

Abstract

This article examines how mesomobilization deploys on the web to foster online resistance. We focus on a particular cyber protest targeting a governmental campaign against illegal downloading and show how webzines, as meso-level actors, managed to turn their readers’ comments into appealing frames around cultural legitimacy, Internet freedom and morality. In this instance, web users initiated the diagnostic framing and provided webzines with motives to launch a call to arms. This took the form of parody that produced a disruption and a set of grievances against the official campaign. Our fieldwork reveals the existence of online dormant networks – pre-existing fluid cultural groups sharing common interests – that meso-level actors readily mobilize when a crisis arises. Our study extends our understanding of consumer resistance by highlighting the dynamics of online networks in organizing overt protest and political challenge.

Avez-vous lu ? Blanchet V. (2017), «We make markets». Le rôle du salon Ethical Fashion Show dans la catégorisation de la mode éthique

Recherche et Applications en Marketing, 32(2): 26-45.

 

Résumé

Les catégories participent à la construction des marchés en définissant les producteurs, les consommateurs et les produits substituables. Jusqu’à présent, la littérature sur le sujet s’est concentrée sur les effets des catégories au détriment de leur émergence. Cette recherche comble cette limite en étudiant le rôle du salon Ethical Fashion Show dans la formation de la catégorie mode éthique. Sur la base d’une analyse qualitative d’entretiens, de données secondaires, d’observations et d’objets, elle analyse les pratiques visant à formaliser le projet critique de la mode éthique, à définir ses principes et à diffuser la catégorie. L’article offre quatre contributions. Il révèle le rôle de la critique dans l’émergence des catégories. Il montre que leur contenu est façonné par des pratiques de purification et d’hybridation. Il éclaire le rôle des porte-paroles dans la diffusion des catégories. Enfin, en s’inspirant de la théorie de l’acteur-réseau, il théorise la catégorisation comme un processus de traduction.

 

Abstract

Categories participate in the construction of markets by defining their producers, consumers and substitutable goods. Until now, research on categories has mainly focused on their effects, overlooking questions relating to their emergence. This article fills this gap by studying the role of a trade fair, the Ethical Fashion Show, in shaping ethical fashion. Based on a qualitative analysis of interviews, secondary data, observations and physical objects, it studies the practices aimed at elaborating the critical project of ethical fashion, defining its principles and diffusing the category. Four contributions stem from this research. First, it reveals the role of critiques in the emergence of categories. Second, it shows that their content is shaped by practices of purification and hybridisation. Third, it highlights the role of spokespersons in the representation of categories. Fourth, drawing on actor–network theory, it theorises market categorisation as a process of translation.

Blanchet V. (2017), «We make markets». Le rôle du salon Ethical Fashion Show dans la catégorisation de la mode éthique. Recherche et Applications en Marketing, 32(2): 26-45.

Avez-vous lu ? Vincent Chabault, Sociologie de la consommation, Dunod, 2017

Cet ouvrage offre un décryptage sociologique de la consommation en l’envisageant avant tout comme une pratique sociale. Véritable synthèse des approches théoriques classiques et des recherches contemporaines, il apporte un éclairage sur les récentes évolutions des pratiques d’achat (commerce en ligne, consommation collaborative, etc.).
Il vise notamment à identifier :
• les processus sociaux à l’oeuvre dans les pratiques d’achat ;
• l’influence des facteurs sociaux et économiques sur les décisions des individus ;
• l’impact de l’action des industriels, des distributeurs, des professionnels du marketing et de la publicité ;
• et, plus largement, les évolutions des conduites de consommation dans un univers commercial omniprésent où règnent à la fois des possibilités de choix
informés et des dispositifs d’encadrement marchand renouvelés.