Séminaire « Langage, vie et vérité », 2 décembre 2017

Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Séance commune des séminaires Wittgenstein & Foucault : autour de La force du vrai de Daniele Lorenzini

 

Par Stéphane Borraz

 

Le 2 décembre 2017 s'est tenu un séminaire « Langage, vie et vérité » au département de philosophie de la Sorbonne Paris 1 (Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne -PhiCo). Ce séminaire se donnait pour objectif de discuter le dernier ouvrage de Daniele Lorenzini, La force du vrai : De Foucault à Austin, et d'instaurer un dialogue fécond entre (notamment) Foucault, Wittgenstein et Austin.

Après avoir rappelé la force perlocutoire du « dire vrai » ou « le pouvoir des mots », capable de transformer la réalité selon Austin, Lorenzini présente les conditions de constitution d'un énoncé performatif. Reprenant Bourdieu (Ce que parler veut dire), il commence par rapporter que les énoncés ne sont pas « pure itérabilité » et que les potentialités d'action, de résistance, de l' « insurrectionnel du discours » (Barfleur) ne sont pas détachables des conditions sociales de l'énonciation, du jeu social des acteurs et de leurs positions de pouvoir. Avec Butler et Derrida contre Bourdieu, il rappelle néanmoins qu’il y a dans le langage une « force performative qui se rejoue des formules conventionnelles de façon non conventionnelle » (Lorenzini p.16)

En liant les apports de Austin, et ceux de Cavell sur les «  énoncés passionnés », l’étude de Lorenzini vise à la compréhension de la « force de rupture » que possède les mots dans le discours du parrhésiaste (celui qui dit la vérité). Le discours de parrhèsia est opposé au discours de la rhétorique en ce qu'il prend un certain risque, révèle un courage social dans l'opposition à l'interlocuteur. En abordant la question de la vérité, Lorenzini rappelle que les discours de vérité ne sont « ni vrais ni faux » (ni objectif, ni subjectif) car la vérité s'énonce ici dans une perspective stratégique qui met à l'épreuve et porte en elle un rapport de transformation, « vérité véhémente » selon Foucault.

Enfin, bouclant implicitement avec Bourdieu, Lorenzini rapporte que la vérité s'énonce toujours dans un contexte social, interpersonnel et que les discours de vérité se plient toujours à un certain « régime de vérité » (ce que je sais être vrai avant de l'énoncer). Les régimes de vérité de la philosophie sont donc ici mis ici en correspondance avec les règles du jeu social de la sociologie (champs, habitus, et positions symboliques).

 

Lorenzini, Daniele. La force du vrai : De Foucault à Austin. Latresne, Editions Le Bord de l’eau, 2017.

Note de l'éditeur : cet ouvrage propose une lecture originale du projet foucaldien d’une histoire de la vérité qui vise à en mettre clairement en lumière les enjeux éthiques et politiques, grâce à l’établissement d’une confrontation entre les analyses de Foucault sur la parrêsia antique, les travaux de J.L. Austin sur l’énoncé performatif et l’étude de l’énoncé passionné par Stanley Cavell. Le problème qui est ainsi posé, en lien mais également en décalage avec les réflexions traditionnelles sur le pouvoir des mots, est celui de la force du vrai : est-il possible ou légitime d’affirmer que la vérité est une force qui s’inscrit, de manière toujours « stratégique », à l’intérieur d’un champ de bataille ? En répondant par l’affirmative, cet ouvrage entreprend d’interroger sous un angle inédit les rapports entre vérité, critique et vie au sein d’une éthique et d’une politique du dire-vrai.

La-force-du-vrai.jpg

 

Daniele Lorenzini, docteur en philosophie de l’Université Paris-Est et de l’Université « La Sapienza » de Rome, est chercheur postdoctoral au Centre Prospéro de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Auteur de nombreux ouvrages dont Éthique et politique de soi (Vrin, 2015), il a tout récemment établi l’édition critique de M. Foucault, Dire vrai sur soi-même (Vrin, 2017).

 

 

Séminaires du Sophiapol, programme 2018 - Séminaire « Surveiller et punir : relectures, usages, actualisations »

Séminaire « Surveiller et punir : relectures, usages, actualisations », programme 2018, (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol et Guillaume le Blanc, univ. Paris Est Créteil/LIS)

 

PAR ANTOINE DAUPHRAGNE · 01/12/2017

Toutes les séances auront lieu à l’université Paris Nanterre, de 17h à 19h, bâtiment Max Weber, salle 2, sauf les séances exceptionnelles du 4 et du 11 avril 2018

 

Programme 2018

 

17 janvier
Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol) et Guillaume le Blanc (UPEC/LIS):
Des raisons d’une relecture

14 février
Pierette Poncela (Paris Nanterre/CDPC)
Analyser le droit pénal avec la boite à outils foucaldienne

21 mars
Laurence Barry (université hébraïque de Jérusalem)
Surveillance et gouvernementalité à l’ère du big data

4 avril (séance exceptionnelle: de 14h30 à 17H30, amphi W, bâtiment Max Weber)
Judith Butler, Michael Hardt, Antonio Negri
Débat autour de Notes Toward a Performative Theory of Assembly (trad. fr. Rassemblement, Fayard, 2016) et de Assembly (Oxford University Press, 2017)

11 avril
Judith Butler (séance exceptionnelle, de 14h30 à 16h30, à l’université Paris Est Créteil)
titre à venir

13 juin
Vanessa Codaccioni (Paris 8/CRESPPA)
Surveillance et exceptionnalité

Vous êtes les bienvenu.e.s, entrée libre dans la limite des places disponibles

Voir la page

Colloque CNRS/AFISE "L'hygiène au 21e siècle", 5 décembre 2017, Paris

Le CNRS et l’AFISE organisent, le 5 décembre prochain au siège du CNRS (Paris), le colloque L'hygiène au 21e siècle. 

 

A quels grands défis allons-nous être confrontés pour assurer l’hygiène dans les maisons et les lieux collectifs au 21ème siècle ? Réchauffement climatique, accroissement des échanges planétaires, expansions démographiques, changement global, maladies émergentes…

Dans ce contexte, quelle est la nouvelle donne pour les produits ménagers et les produits d’hygiène industrielle ? Quel changement pour la conception de nouvelles formulations, la production pour des progrès durables, les représentations sociales de l’hygiène et du bien-être, et l’innovation au coeur de nouveaux usages ?

Ce colloque prospectif est une rencontre inédite entre la recherche publique et la recherche-développement des acteurs de l’industrie. Il a vocation à impulser un nouveau partage de visions et de connaissances entre les chercheurs des unités CNRS et les chercheurs des entreprises du secteur de l’hygiène, membres de l’AFISE (Association des industries de la détergence, de l’entretien, et des produits d’hygiène industrielle).

 

Le programme est disponible sur le site dédié : https://hygiene21.sciencesconf.org

 

Colloque "Le gaspillage d'objets", mercredi 6 décembre, Université de Reims

Les étudiants du Master 2 Marketing et Communication de l'Université de Reims Champagne-Ardenne organisent un colloque sur

Le gaspillage d'objets

6 décembre 2017 - 14h-17h

Campus Croix Rouge, Amphi Recherche, bâtiment 13

 

Reims Métropole a été désignée lauréate, en novembre 2015, de la deuxième vague de l'appel à projet Territoires Zéro Déchet Zéro Gaspillage lancé par le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable. En s'engageant dans cette démarche, l'idée est de devenir un territoire exemplaire dans la promotion de l'économie circulaire et de mener des actions permettant d'atteindre 3 objectifs :

  • Réduire les sources de gaspillage
  • Donner une seconde vie aux produits
  • Recycler tout ce qui est recyclable
Affiche colloque.png

Cet événement, organisé par les étudiants du Master 2 Marketing et Communication, en partenariat avec Reims Métropole et l'ADEME, réunira des professionnels des secteurs du recyclage et de la valorisation des déchets, mais aussi des chercheurs en économie-gestion engagés sur la thématique du gaspillage.

Deux temps rythmeront les échanges :

  • Comprendre et réduire le gaspillage domestique : si le gaspillage alimentaire est relativement conscientisé aujourd'hui, que sait-on du gaspillage d'objets, de ses manifestations et de ses causes ? Comment le réduire ?

 

  • Comprendre le gaspillage dans les organisations : comment et pourquoi les entreprises sont-elles impliquées dans le gaspillage d'objets ? Quelles solutions peuvent être suggérées pour y remédier

Programme

Accueil (13h30-14h)

Introduction – Marie Bens (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 

Table ronde 1 (14h-15h20) : le gaspillage domestique

Animateurs Cécile Chesnel et Thomas Daumont (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 . Qu’est-ce que gaspiller des objets ? Les jeter, les accumuler, ne pas les utiliser, avoir mal anticipé son besoin, ne pas les avoir choisis ? Quels sont les facteurs qui conduisent à gaspiller des objets ? Doit-on parler de gaspillage d’objets ou de production de déchets ? Comment l’acteur public doit-il poser une définition, une dénomination de ce qu’est le gaspillage d’objets ?

. Comment les individus parlent-ils des objets dont ils ne se servent pas/plus, qui leur semblent inutiles, qu’ils possèdent en double, qui sont non réparables, qu’ils jettent, qu’ils revendent ou qu’ils donnent ? Quelles décisions prennent-ils à propos du devenir, de la remise en circulation ou de la destruction de leurs objets ? Connaissent-ils les filières de réemploi, de recyclage, de don, ou de remise en circulation existantes ?

. Comment agir pour réduire et prévenir le gaspillage d’objets ? Quelles initiatives sont souhaitables, déjà entreprises, en réflexion ? A quelle échelle et entre quels acteurs ?

 

Intervenants

. Florent Chaudré, Coordinateur de la ressourcerie de Dizy  

. Marion Dromzee, Animatrice Territoire Zéro Déchet, Le Grand Reims

. Bilal Ozturk, Etudiant en Master 2 Logistique

. Dominique Roux, Professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

. Mehdi Sellami,  Co-dirigeant de 3D Morphoz

 

Table ronde 2 (15h30-16h45) : le gaspillage industriel

Animateurs Sofiane Omejec et Bastian Wiegmann (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Quelle différence existe-t-il, dans les organisations, entre gaspiller des ressources et produire des déchets ? Quelles sont les causes de la production de déchets identifiées au sein des organisations ? A quel niveau – approvisionnements, processus de fabrication (rebuts et surproduction), transport et logistique, etc. ? Quelles réflexions, quelles procédures sont mises en place pour réduire ou prévenir la production des déchets ou le gaspillage dans les organisations ?

. Qu’est-ce qui est mis en place à l’échelle du territoire pour la récupération ou la valorisation des objets/déchets produits par/dans les organisations ? Quelles sont les initiatives en cours ? Quels acteurs s’impliquent dans les filières de prévention, d’audit ou de traitement ? Les actions sont-elles coordonnées, par qui et comment ?

. Qu’est-ce qui reste à faire ou quelles sont les priorités territoriales en matière de réduction des déchets ?

 

Intervenants

- Renaud Attal, Co-fondateur de co-recyclage

- Romain Debref, Maître de Conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

- Clemence Herbillon-Charlet, Chef de secteur, Leroy Merlin

- Brigitte Joubert, Chef de Produits Développement Responsable, Leroy Merlin

- Jean-Philippe Kahn, Directeur de Secteur Marne, Ardennes, Meuse nord, Recyclage & valorisation des déchets, Véolia

- Christopher Lecat, Chercheur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Mehdi Sellami,  Co-dirigeant de 3D Morphoz

 

Conclusion (16h45 à 17h) : Alexis Kancel (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Cocktail

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription sur le lien suivant

Logos.jpg

Plan d'accès 

Plan Campus.png